Valaas dals Palhons (valaus das Paihouns)
País Gavuòt das Alps Marìtimai


e COARASA - et COARAZE

Coarasa2.png

><>< La page du cours d'occitan alpin-gavot paillounenc à Coaraze ><><

Coarasa vista dal sud-est

Coarasa2.png

 

PRESENTACION- PRESENTATION :

LA VALAA DALS PALHONS (texte en contois)

La longor dal siu cors es de 36,4 qm. Lo mai aut sorgent de Palhon es a 1300 mètres d’altitud sus de lai pendai dal mont Auri, pròche dal cuòl de Braus, a un trentenal de quilomètres al nuòrd de Nissa. Lo siu bacin principal de 250 qm 2 se divisa en 4 diferents afluents -mas i son de variacions dins l'apelacion dals rius- : Palhon de Levens, Palhon de Còntes, Palhon de l’Escarea, Palhon de Laguet (ò riulet de Laguet), per formar, al nivel de la comuna de Drap, lo Palhon de Nissa. La reunion d'aquèls quatre rius en un solet, embé la penda fuòrta, en una valaa estrecha rende li siu desbuòrds importants e devastators quora arribon en amont de l’aglomeracion nissarda. Lo siu flus può èstre de 500m3/s per li desbuòrds decenals e de 1000 per li centenals. A l'época, la populacion era alertaa per un sistema de gàidai a caval galopant sus lai ribai als brams de « Palhon ven ! Palhon ven ! ».


L'aiga mestrejaa per de bastardèls (batardeaux), fuguet desviaa per de galeriai de captatge, fachai dins lai ribai endigaas per de murralhai. L'aiga de Palhon, alimenta li beals per ajuar a accionar lai ròdai dals molins de farina, de tan, de papier, edificis aparats darrier l'endigament.

Lo Palhon es un flume violent meme s'es sovent quiet (d'estiu es quasi a sec) ce que faguet dire en d'unes cronicaires que lo Palhon apareisse meme coma un riu abstrach, secret e mìtic.

La valaa es poplaa de quasi 22 000 estatjans e es compausaa de 13 vilatges. 11 comunai practicon istoricament l'alpin-gavuòt, e doai lo nissart (dich nissart de lai cuòlai), meme se en general lo nissart roiga un pauc l'usança dal gavuòt. Li son (nom francés, en lenga (grafia clàssica/ mistralenca) e nomenalha dals estatjans):

Bendejun (en alpin Bendejun) Li bendejuniers
Berre-les-Alpes (alp. Berra) Li berrencs
Blausasc (alp. Blausasc) Li blausasquiers
Cantaron (en nissart Cantaron/Cantaroun) Li cantaroniers/ Li cantarounié
Châteauneuf-Villevieille (alp. Casternòu Vilavielha ò Casternòu de Còntes ò Casternòu la Madòmna/ Casternòu Vilavielha o Casternòu de Contes o Casternòu la Madona) Li madonencs/ Li madounencs
Coaraze (alp. Coarasa/ Couarasa) Si coarasiers/ Si couarasiers
Contes (alp. Còntes/ Contes) Li conteses/ Li counteses
Drap (niss. Drap) Lu/li drapencs/ Lu/li drapenc
L'Escarène (alp. L'Escarèa/ L’Escarèa) Li(s) escareascs/ Li(s) escareascs
Lucéram (alp. Luceram, Luceran) Los luceramencs/ Lous luceramencs
Peille (alp. Pelha) I pelhascs
Peillon (alp. Pelhon/ Pelhoun) Li pelhonencs/ Li pelhounenc(s)
Touët-de-l'Escarène (alp. Toet/ Touet) Li toascs/ Li touascs

 

So luec de Coarasa (texte en coarasier)

Al sorgent de sa valaa dal Palhon de Còntes, sa borgaa de Coarasa enauçaa a 650 mètres sus d'un suc, es poplaa de 659 estatjans.
Es parier so vilatge dal solelh que i porrètz veire si relòtge (ò cadrans) solaris de Cocteau, Valentin, Mona Christie, Doukine, Henri Goetz e Ponce de Léon (fòto sota)

PonceDeLeon.jpg

Relòtge solari de Ponce de Leon


Si sius monuments religioses ancians son Sa capèla Sant Sebastian, sa gleisa dal sècolo XIV, sa capèla Nuòstra Dòna dal Gressier ò sa capèla blua ornaa per so pintre Ponce de Leon (fòto sota)

CapelaBlua.jpg

Capèla Blua de Ponce de Leon

Dins sei carrierei dal vilatge, porrètz gardiar de detalhs d'arquitectura medievala ambé de peiras talhaas : lintals, puòrtas e fenestras, arc brisat, entraas de cròtas e so famós portal (qu'a desapareissut !).

sa_vouta.jpg

Una vòuta (D.R.)

Si vilatges limitròfes son, en valaa d'en Palhons (Palhon de Còntes e de Pelha) per aquels situats al sud : Bendejun (5 qm), Còntes (10 qm) e Berra las Alps (14 qm), lo vilatge situat al levant es Luceram (17 qm). De s'autre costat dal mont Ferion, si tròba al ponent Levens (26 qm) e al nuòrd Duranùs (34 qm).

Ligams :

L'occitan alpin maritime dans la vallée du Paillon et dans le reste du département

Site de la Mairie de Coaraze

 

Mais où c'est le cours !? C'est ici =>

(Coaraze IGN)

Coaraze situé dans la partie gavote des Alpes-Maritimes (et de l'Ancien Comté de Nice) :


(carte d'après Revest Laurenç)

SO CORS D’ALPIN-GAVUÒT A COARASA- LE COURS D'ALPIN-GAVOT A COARAZE :

Attachée à la promotion et au rayonnement de gavot et du niçois, ensembles à part entière dans la langue d'Oc et, fidèle à l'esprit d'unité dans la diversité de la langue occitane, le Centre Culturel Occitan País Nissart e Alpenc, association loi 1901, a été fondée le 1er juillet 1971. Une équipe occitaniste dynamique s'est constituée autour d'un écrivain niçois Alan Pelhon (ou Alain Peglion, coarazien d'origine, 1946-1994, auteur de nombreux recueils en nissart) qui devient ainsi le président fondateur de notre assocation avec son frère Guiu Pelhon (écrivain non moins fameux qui sera un des maîtres d'oeuvre de la création en gavot coarasier), le coarazien Paul Mari de Liou, le levensan Joan-Peire Giraud, les niçois Jàn-Luc Sauvaigo, Mauris Sgaravizzi... L'association continue tout en renouvelant ses activités autour de ces deux pôles, Nice et les Alpes (maritimes et vallée des Paillons en particulier), dans le respect mutuel, à l'image de notre région, à la fois faite de mer et de montagne.

Depuis 2004, le Centre Culturel Occitan País Nissart e Alpenc, amicalement hébergé par le Cercle républicain de l’Union à Coaraze, propose des cours d’occitan alpin animés par Cristòl Daurore e Manel Mari en collaboration notamment avec l’association Avanti et nos amis de la formation musicale « Paures Nautres ».

Contact et lieu : chaque mardi soir de 19 h à 20 h 30 (rentrée le 22 septembre pour l'année 2009-2010) à la salle du Cercle de l'Union (bâtiment de la Mairie de Coaraze). Cristòl Daurore, y fera découvrir l’occitan alpin de Coaraze et des Paillons au travers différents textes d'auteurs palhonencs, le fameux "pastrolh", l'histoire de Coaraze, des villages des vallées des Paillons, du Comté de Nice et de l'Occitanie y seront aussi étudiés. Renseignements, tél : 06 71 18 61 21 Manèl Mari e Cristòl Daurore, et + encore site internet : Centre Culturel Occitan País Nissart e Alpenc

 

Si coarasiers en accion. Les coarasiens en action
Manifestation pour la langue d'Oc dans le respect de sa diversité à Béziers en 2007

=>Voici quelques unes de nos activités :

1èra vìsita guidaa de Coarasa en Coarasier- Première visite guidée de Coarase en Coarasien 1er juillet 2006

2ena vìsita guidaa de Coarasa en Coarasier- 2ème visite guidée de Coaraze en Coarasier 16 juin 2007

Caminèm per Òc a Coarasa dissabta so 6 de junh da 2009- Marchons pour l'Oc à Coaraze le samedi 6 juin 2009

 

=> Voici quelques bases de nos leçons en ligne :

 

1-      Les articles en occitan alpin

L'article défini utilisé dans notre région est basé sur celui latin IPSUM et non sur celui ILLUM :

Dans le centre de l’alpin maritime (de Coaraze à Roquestéron), l’article se présente ainsi : (entre parenthèse la prononciation pour un francophone)

 

Singulier

 

Pluriel

 

devant consonne

devant voyelle

varie selon les personnes

Masculin

so (sou)

sel’ endrech, s’endrech

sos (sous, souz, souy),

si (si, sis, siz)

Féminin

sa (sa)

sel’ escòla, s’escòla

sas (sas, saz, say),

seis (seis, seiz, si)

Cette forme d’article assez spécifique à l’alpin, se retrouve dans peu d’endroits ailleurs dans les Pays d’Oc, très localisé en provençal oriental (de Grasse à Vence) ou en gascon pyrénéen de la vallée du Salat, etc. On pensera d’ailleurs qu’il se trouve un village des Pyrénées du nom de "Coarraze", en Béarn exactement !

 

Dans l'ensemble de l'alpin maritime, la contraction des articles définis se fait ainsi, exemple : de + le > du en français

 

so (sou)

sa

sos/si (sous/si)

sas (sas, sai, sei, si)

a +

al

a sa

als (as, az, ai)

as (as, az, ai)

da, de +

dal

de sa

dals (das,daz, dai)

das (das, daz, dai)

La forme des articles varie souvent en fonction de l'âge des locuteurs. Les anciens ont souvent des formes plus "anciennes" (logique).

2-      L’origine du nom de Coaraze

Sel’orìgina dal nom de Coarasa :

Coaraza vendriá de "Cauda Rasa" autrament dich "Coa rasa". Mai d’una possibilitat sus sel’origina d’aquel nom son prepausaas. Si ditz que Coarasa vendriá de sel’época de l’Atge mejan. Sis estatjans de Coarasa portavan si chivuses cortes e avion sa nuca rasaa contrariament a sa mòda de sel’época (sis ditz que sis òmes avion si chivuses lòngs). Se ditz parier que sis estatjans de Coarasa aurion capturat so diaul e sel’aurion estacat ambé de pega per sa coa. Se seriá pi copat sa coa per si liberar... d’aquela legenda ben populària entre si coarasiers d'aier e d’encuei es naissut so blason de Coarasa : sus un fond jaune, una lagramua blua que sa siu coa es copaa. Sel’explicacion sa mai simpla es que so vilatge auriá so siu nom dal limbert sensa coa a s’image de sa forma dal confluent dal riu dal Gravier amb’al riu de Palhon. Per si mai scientifics, Enric Sappia dona una explicacion mai sapienta : "Kos-Ar-Sara", dal radical "Kos" volent dire "aiga" e "Sara" "benda de terra gerpa".

 
Coarasa d'estiu (D.R.)

3-      Histoires :

La légende de la Regina Joana a Ròca spavièra

Legenda dal vilatge :
Sensa dùbito sa mai conoissua e sa mai tràgica es aquela de sa regina Joana de Nàpol. Contessa de Provença, de Nissa e dal Piemont, succedet al siu grand Robert d'Anjòu en lo 1343. Sa regina fuguet traiá per si potents de Nàpol e so siu conhat Loís d’Óngria e deguet alora fugir so reialme de Nàpol.
Se refugiet en so siu castel de Ròca sparvièra dominant so Cuòl Sant-Ruòc. Malastrosament si siu enemics retrobèron... sa regina sa velha de Calenei. Aquels marrits enchoquèron so capelan que fuguet incapable de celebrar sa messa. Sa piosa regina que voliá absoluament assistre en aquela ceremònia, décidet de calar a sa gleia en Coarasa. Profiechant de sa siu absença, sis enemics pilhèron si sius enfants e dals restas n’en fagueron un past.

"Joana tornaa al castel, afamaa d’al frei e de sa fatiga, manget ben. Mas al cors dal past, s’en avisèt que si sius enfants avion despareissuts, criet en quarqu’un per saupre ce qu’eron devenguts. Degun. Al final de córrer dins so castel tot, trobèt un varlet mieg ensucat que li diguet sa veritat, aviá manjat si sius enfants... Desesperaa, marchèt dins tot so país en bramant de tot cuòntra aquels malfatans e aquel triste astre.

Sel’origìna e sa legenda son doei cauei diferentei mas fan parier part de sa nuòstra istòria coarasiera. En realitat sa Regina Joana aguet mingo enfants e venguet jamai a Coarasa…

D’après Guiu Pelhon (Peglion) in Lo Ficanàs de Coarasa (vers 1970)



Palhon de Còntes (a Còntes, de segur, fòto D.R.)

4-      Création de textes en occitan alpin

Ecrire sur une fête mémorable dont vous vous souvenez (ou alors que vous imagieriez) à partir d’un texte de l’auteur coarasier Guiu Pelhon :

Jòrgi acabava justament de si rolhar un paton de lapin que Dom Glena, so priu, puava sus so taulièr d’ont si metèt da balar so « French Cancan ». S’èra revertegat sas mànegas e tot despiecharlat coma èra, botava tra si topins, sas sietas, sietons, forchinas e culhièrs e ti faiá una forlana de l’autre monde en si riënt coma una agaça d’en tant que si convidats aplaudissiàn e picavan la mesura, tot espelofits e joioses de la vista d’aquel esmogent espectacle.

 

Extrait de PELHON Guiu « L’esposalici, cònte filosofic » p. 26-31 in PELHON Guiu, 1990. Sagà de cenque auriài volgut que non siguesse e autres còntes, Nice, Lu Segurans-Z'Editions, 47 p.

 

5-      Quelques traits alpins :

 

Prononciation des pluriels –S à la fin des mots :

La prononciation des pluriels est constante sauf dans les communes limitrophes avec la zone du niçois et provençal (elles ont leur parler perturbé par le niçois et le provençal)

Si le mot est déjà fini par un –s, redoublement quasi systématique pour marquer la différence du singulier, (cela n’existe pas en niçois ou provençal).
Ex. : « un país » (un pahis) un pays > « de païses » (de pahizes) des pays,
« un òs » (os) un os > « d’òsses » (dwosses) des os.

 

-L final reste l (ou devient parfois r), ex. : « aquel » (akel) celui, « martel » marteau, « cotel » (coutel) couteau, « el » lui, « gal » (gal) coq, « lo savel » (lou savel) le grès.

 

-L- à l'intérieur des mots devient r, « l’arba » (l’arba) l’aube, « calcar » (carcar) fouler, « calfar » (calfar) chauffer, « qualqu’un » (carcu) quelqu’un et aussi le sens de chose (en parlant d’une chose).

 

Nota : toutes les consonnes finales se prononcent (contrairement au niçois et surtout au provençal), et cela s'étend à quasiment toutes les situations, exemples :

-M final se prononce à l'est et au centre "fam" (fam) et se nasalise à l'ouest "fam" (fan)

-N final se prononce, ex. : « la maijon » (lo maydjoun) la maison, « lo molin » (lou moulìn) le moulin, « lo matin » (lou matìn) le matin, « lo vesin » (lou vezìn).

-IER final se prononcer tel que "castanhier" (castagnier). Le r s'efface au pluriel devant le -S, "oliviers" (oulivies) ou (oulivios) oliviers.

-RN, -RM finaux se maintiennent partout, "jorn" (djourn) jour, "forn" (fourn) four, "verm" (verm) ver.

-SC, -SCS "buòsc" (bwosc) un bois, et au pluriel "buòscs" (bwosks) des bois

-SS- devient très souvent sh, ex. : « laisha » (laysha) laisse, « faishina » (fayshina) fagot, « meishonar » (meyshounar) moissonner.

 

Conjugaisons

Terminaison de la première personne du présent de l’indicatif en –i

Le –R de l’infinitif se prononce quasiment partout -trait unique de l'alpin par rapport à tous les autres dialectes d'Oc- sauf dans l’alpin maritime du sud ouest au contact du provençal.

Emploi fréquent du verbe « estaire » à la place de « estre »

 

6- Ecrire le texte dit par Alan Pelhon en coarasier "Sa Regina Joana", tirat d'una novela de Pau Mari d'Antoine "Calena de sang". Lo disc 33 torn "Brami" es estach enregistrat en 1979 (disc Ventadorn + libret de paraulas incluit)

 

Li conteses an 'chapat lo diaul m'al visc ! (Contes, fòto mercés a "Aquel de Còntes")

7- Découvrons d'autres textes en occitan alpin des vallées des Paillons :

Tiré du recueil de textes du CCOc Pais Nissart e Alpenc "Palhon ven !"

Lo parlar de Sclos de Còntes de Bernard Fruchier (occitan alpin, Sclos de Contes /Luceram)

La capèla Sant Joan de Luceram de Bernard Fruchier (occitan alpin, Luceram)

Baldi e Napoleon de Renat Bermon (occitan alpin, Bendejun)

Gaida a la masca Ricolfi Jouan (occitan alpin, Contes)

La lenga de Berra las Alps/ La langue parlée à Berre-les-Alpes de Laurenç Revest (occitan alpin, Berra)


Lo riu de Palhon al nivel de l'Escarea (L'Escarène, fòto mercés a Olynais)

D'autres textes en occitan alpin du pays levensan, de la vallée de la Tinée, du pays mentonnais, de la vallée de la Vésubie...

Sa necessitat de sel'equilibre de Blai de sa fuònt de Mel (occitan alpin, Levens)

Istòrios de mourro de Pascal Colletta (occitan alpin, Ilònsa, orthographe mistralienne)

Castilhun de Mestre Raybaut (occitan alpin, Castilhon, orthographe personnelle)

Messa de Sant Miquel ar Mourignet (occitan alpin, Moulinet, orthographe mistralienne)

L'invit a Sant Martin Vesubiò, Biasini (occitan alpin, Saint Martin Vésubie, orthographe mistralienne)

Le gavot un pont vers toutes les montagnes
Lo gavuòt, un puònt vers totas las montanhas

Lo puònt vielh de L'Escarea sus lo riu dal Palhon (L'Escarène/Paillon, fòto mercés a J. Mossot/ Structurae)